AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 01 - Premières aventures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Augure
Maître du Jeu


Messages : 1309

MessageSujet: Chapitre 01 - Premières aventures   Ven 4 Déc - 16:48

Chapitre 01 - Premières aventures

Je m’appelle Aloysius Fercharrue. Pas vraiment un nom de héros, n’est-ce pas ?
Famille d’agriculteurs humains sans histoire, dans un village proche de la cité suspendue d’Axalalail, les Fercharrue sont tout sauf un creuset d’originalité. Alors, quand on est le benjamin d’une famille de six enfants et que votre existence ne ressemble à rien d’autre qu’une succession de corvées et de frustrations, il faut bien trouver le moyen de supporter cette vie.
Très tôt, j’ai laissé courir mon imagination, seul refuge inviolable aux brimades de grands frères et grandes sœurs, plus bêtes que méchants, et à l’indifférence de parents peu disposés à écouter les états d’âme du petit dernier. Seule ma sœur Cerina prenait parfois ma défense ou m’aidait dans mes tâches quand celles-ci étaient trop dures. La seule qui aie jamais su faire preuve de compréhension et d’un soupçon d’intérêt à mon encontre.
J’ai eu plus que mon compte de punitions et de coups de la part du paternel. Non pas que j’étais fainéant ou particulièrement rebelle mais je m’éclipsais à la moindre occasion dans les bois pour y trouver de la tranquillité et un cadre approprié à mes aventures imaginaires. Dans celles-ci j’étais l’un de ces héros qui parcourent le monde et dont les exploits sont contés par les bardes qui s’arrêtent parfois en ville.
Passer les environs au peigne fin pour me retrouver a lassé très rapidement le reste de ma famille. Les remontrances et privations pleuvaient à mon retour. Ce qui ne me donnait qu’encore plus envie de repartir dans mes périples solitaires. Finalement, ils ont fini par comprendre qu’ils perdaient souvent plus de temps à me chercher qu’à effectuer les corvées eux-mêmes, d’autant plus que j’étais très doué pour me cacher. J’avais un véritable don pour trouver un buisson d’épineux au bon moment et me faufiler à l’intérieur sans dommages, là où ils n’allaient jamais chercher. Ils en vinrent à me donner, chaque matin, une liste de corvées pour la journée et à ne plus s’occuper de moi jusqu’au soir. Les tâches effectuées, j’étais ensuite libre de partir dans mes délires champêtres.

Je devais avoir treize ans, peut-être quatorze, lorsque je rencontrai Elyne.
En pleine chevauchée imaginaire à la poursuite d’une bande de pillards orcs qui venaient d’enlever la fille d’un seigneur elfe, je ne l’aperçus que bien tard. Elle fut la première fille à me surprendre, mais pas la dernière.
Elle était assise sur un gros rocher, les genoux repliés vers sa poitrine et enserrés dans ses petits bras. Elle devait avoir le même âge que moi. Avec son visage charmant, son petit sourire en coin et sa jolie robe blanche, je crus d’abord que j’avais retrouvé la jeune elfe de mes aventures. A tel point que je regardais, paniqué, si les orcs maraudeurs n’étaient pas là eux aussi.
Face à ma mine ahurie, le sourire d’Elyne s’élargit encore.
« - Salut, je m’appelle Elyne. Et toi c’est comment ?
- Heu… ben… c’est Alo. Enfin Aloysius je veux dire !
- Pourquoi la fille que tu sauves est-elle elfe ?
- Hein ? Ben… heu… je sais pas… c’est comme ça, ça fait plus … heu… c’est rapport aux bardes qui disent qu’elles sont très belles.
- Et si, une fois que tu l’as rattrapé et que t’as tué les orcs, tu vois qu’elle n’est pas belle, tu fais quoi ?
- Ben… t’as de ces questions toi… j’en sais rien. Après tout, c’est mon histoire à moi. Et dans mes histoires à moi, toutes les filles elles sont belles !
- Et moi, j’ai le droit de venir dans tes histoires ?
- Hein ? Heu… je crois que oui. Enfin non ! Je veux dire je ne crois pas, c’est sûr que c’est oui !
- Même si je ne suis pas elfe ?
- Oui !
- Bon, je veux bien alors. »
Les saisons qui suivirent furent les plus heureuses de mon existence. Les corvées devenaient légères et je les expédiais avec une célérité et une bonne humeur qui aurait pu étonner les membres de ma famille s’ils m’avaient prêté la moindre attention. Seule Cerina s’étonnait de mon comportement, et me posait parfois des questions auxquelles il m’était facile de mentir.
J’avais trouvé en Elyne une vraie amie et notre complicité se renforça un peu plus chaque jour. Elle partageait mes aventures, amenant de nouveaux éléments et compliquant les choses comme seules les filles peuvent le faire. Elle se lassa vite de jouer la princesse désespérée et pris rapidement le rôle d’une aventurière. Nous combattions désormais côte à côte contre les monstres qui peuplaient Barsaive, découvrions des kaers cachés et sauvions des gens par milliers, ou encore trouvions des trésors sans nom en échappant de justesse aux Horreurs. Et quand nous étions trop fatigués pour continuer, nous nous reposions en cueillant des fruits sauvages selon la saison ou en allant nous baigner à la rivière.
J’avais désormais une bonne connaissance des bois des environs. Je savais me déplacer sans faire de bruit, trouver et identifier les traces des animaux sauvages et même les suivre. Elyne n’avait pas les mêmes facilités et souvent ne voyait rien, même quand c’était d’une évidence qui crevait les yeux. Les filles ne faisaient pas de bons chasseurs, c’était sans doute pour ça qu’elles restaient à la maison. Sauf Elyne.

Ce jour-là, je l’avais emmenée à mon point d’observation favori, avec beaucoup de précautions. Ce fut moins difficile que je ne le craignais car elle avait le pas léger, à défaut d’être sûr. Une fois en position, nous n’eûmes pas longtemps à attendre avant de voir une petite harde de cerfs venir s’abreuver à la rivière près de laquelle nous étions dissimulés. Les mâles faisaient le guet pendant que les biches et leurs adorables faons se désaltéraient, puis ils buvaient à tour de rôle sans relâcher leur vigilance. Notre cachette était bonne, nous étions masqués à l’intérieur d’un bosquet et face au vent léger. La harde repartit rapidement, mettant fin à la magie de l’instant.
Ce fut le moment que choisit Elyne pour déposer un doux baiser sur ma joue et me murmurer un remerciement. Sur le coup, je ne pus réagir, complètement pris au dépourvu par son geste. Après un temps interminable, je parvins à tourner mon visage vers le sien pour apercevoir son habituel sourire en coin. Visiblement ravie de son effet, elle ne s’arrêta pourtant pas là et déposa un nouveau baiser sur mes lèvres. Le temps s’arrêta brusquement pour moi. La forêt disparut et seuls existaient le charmant visage qui me faisait face, le pétillement de ses yeux, la fossette que creusait son sourire et le souvenir de la douceur de ses lèvres.
Avec un rire, elle me prit la main et se releva pour nous extraire du buisson et repartir dans de nouvelles aventures. Il me fallut quelques instants pour reprendre pied et me souvenir où j’étais. En une seconde, Elyne venait de mettre un point final à mon enfance et m’avait fait basculer dans un autre monde. Ce soir-là, j’eus beaucoup de mal à m’endormir et mes aventures imaginaires commencèrent à prendre d’autres chemins. Des chemins inconnus mais très tentants.

Au début, nous continuâmes nos jeux comme si de rien n’était. Mais nous trouvions toujours une bonne excuse pour nous frôler et nos regards n’étaient plus aussi innocents. Nos aventures partagées n’étaient désormais plus qu’un prétexte pour passer du temps ensemble.
Ce fût lors d’une baignade que je remarquais les marques sur son corps. Jusque là, elle avait toujours veillé à ce que je ne la voie pas nue, mais ce jour-là elle fut moins rapide ou pudique, sans doute volontairement.
« - Elyne ? C’est quoi ces marques dans ton dos et sur ton bras ?
- Oh ? Rien du tout. Une correction méritée je suppose.
- Mais c’est pas normal ! Qui t’a fait ça ?
- Et toi, qui t’a fait les tiennes ? »
Du tac au tac. C’était toujours comme ça avec elle.
« - Hein ? Ben… mon père. Je suis rentré un peu trop tard l’autre jour…
- Pareil pour moi. Tu crois que mon père à moi il aime aussi que je vadrouille dans les bois au lieu d’être la gentille fille obéissante qu’il voudrait avoir à la place ?
- Il n’a pas le droit de faire ça ! Je vais aller le voir pour le lui dire !
- NON ! Je ne veux pas que tu viennes chez moi. Tu m’as promis de ne pas me suivre et de ne pas chercher à me voir en dehors de nos rendez-vous dans les bois. Tu veux aussi que je vienne chez toi pour causer à ton père ?
- Heu…vaut mieux pas. N’empêche, on n’a pas droit de frapper une jeune fille aussi gentille.
- Gentille ? Tu crois que parce que je suis gentille avec toi, je suis gentille avec tout le monde ? »
Elle arborait à nouveau son sourire en coin qui me rendait tout chose en s’approchant tout près de moi. Elle m’embrassa à nouveau sur les lèvres et, sous l’émotion de ce moment tant espéré, je perdis l’équilibre dans l’eau. Suffoquant, je refis surface aux côtés d’une Elyne qui pleurait de rire. Nous nous rapprochâmes de la rive et elle se blottit contre moi. Nous échangeâmes ensuite des baisers qui prirent de plus en plus d’assurance alors que j’avais l’impression que le soleil s’était logé dans mon ventre.

Nous sursautâmes à l’unisson lorsqu’un rire d’homme retentit derrière nous. J'aperçus alors à quelques pas ma sœur Cerina et Jorg, l'ami chasseur d’un de mes frères. Cerina avait une expression amusée et vaguement réprobatrice. Jorg, quant à lui, était hilare et détaillait sans vergogne le corps dénudé d’Elyne. Cela décupla ma fureur.
« C’est donc ici que tu te caches ? » constata ma sœur.
« Comment osez-vous venir ici ? C’est mon refuge ! Et Jorg, arrêtes de regarder Elyne comme ça ! »
Jorg s’exclaffa de plus belle. «  Elle s’appelle Elyne ? Je vous trouve bien jeunes tous les deux pour batifoler seuls dans les bois. Tes parents savent-ils que tu es là, Elyne ? »
Elyne poussa un cri étouffé de protestation tout en continuant à enfiler sa robe avec un empressement maladroit.
« Et si nous avions été des brigands ? Vous auriez fait quoi étendus là ? poursuivit Cerina ?
- On aurait couru nous cacher dans les bois. Je les connais comme ma poche et on les aurait vite semé.
- C’est ça, avec rien sur le dos. »
Cerina semblait désormais hésiter sur la conduite à tenir.
« - S’il vous plaît, ne dites rien aux autres. On ne fait rien de mal.
- Et tu crois que le père d’Elyne serait du même avis s’il vous avait vu il y a quelques minutes ?
- Mais on ne faisait que s’embrasser ! Et puis c’était la première fois !
- … et certainement pas la dernière, vu le cœur que vous y mettiez. Désolé Alo, je ne peux pas ne rien dire. Dans votre intérêt à tous les deux. Tu rentres avec Jorg et je vais escorter mademoiselle Elyne chez elle ».
Je serrai les poings de rage. Je n’allais pas frapper ma soeur préférée  jusqu’à ce qu’elle promette de ne rien dire. Et Jorg était presque un adulte, il m’aurait maîtrisé sans peine. Je tournais vers Elyne un regard embué de larmes et constatai qu’elle reculait avec une lueur de crainte dans les yeux. Elle tourna les talons et s’enfuit.
Jorg allait s’élancer pour la poursuite mais Cerina l’arrêta.
« -Laisse. On la retrouvera bien en ville. Vu sa robe, elle n’est pas fille de paysan ».

Mon bonheur se dissipa rapidement. La rouste que je récoltai fut moins redoutable que je ne l’escomptais mais mon père m’enferma une semaine. Il me fut ensuite interdit de quitter la maison pendant un mois. Mes frères et sœurs me surveillaient de près et j’étais attaché la nuit.
Cerina et ma mère trouvèrent les parents d’Elyne et leur parlèrent. Je ne sais pas ce qu’ils se dirent mais, de ce jour, je ne revis plus jamais Elyne, ni dans les bois, ni en ville malgré mes recherches. Je n’appris que deux ans plus tard que son père l’avait mariée un peu plus tôt que prévu au fils d’un homme influent d’une ville voisine.
Revenir en haut Aller en bas
http://earthdawn.jdrforum.com
 
Chapitre 01 - Premières aventures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» LES AVENTURES DE JACK BURTON...(N2TOYS) 2002
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earthdawn :: JOURNAL DE BORD :: Récits d'aventure :: Chroniques de l'éclaireur : saison 1-
Sauter vers: