AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 42 - L'Horreur de cristal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian
Éclaireur humain et questeur d'Astendar


Messages : 541

MessageSujet: Chapitre 42 - L'Horreur de cristal   Ven 24 Juil - 15:58

Chapitre 42 – L'Horreur de cristal
 
 
Tout en devisant avec Eliora Nash, sous les yeux assez mécontents du reste de mon propre groupe, nous arrivâmes à la sortie du kaër. À une centaine de mètres de là, un drakkar attendait, son équipage commençant à s'agiter alors qu'il nous apercevait. Selon Eliora, le petit navire avait été loué à Syrtis, à l'est de Throal. L'équipage et le navire appartenaient donc à Throal, ce qui pouvait faire une sacrée différence en cas de confrontation.
 
Je convins avec Eliora de nous reposer pour guérir de nos nombreuses blessures, bien qu'elle-même n'avais pas l'air trop affectée et semblait toujours fraîche et souriante. Je sollicitai de sa part la possibilité qu'elle nous ramène à notre propre navire mais elle entra dans une phase de négociation où je n'étais pas d'humeur à la suivre. Déçu par son attitude calculatrice, je demandai à Jeb d'aller chercher notre navire. Avec son sort de trône des vents, il pourrait y être rapidement et sans danger.
 
Eliora nous invita alors à venir nous reposer à bord de leur navire. Si l'idée était séduisante (et pas que l'idée…), la réaction du reste de mon groupe ne laissait guère de doute. Pour eux, les thérans étaient des ennemis et il n'était pas question de dormir dans leur navire et encore moins de les fréquenter. Finalement, l'expédition commune n'allait pas être chose aisée. Je me demandais si une jolie troll thérane aurait pu les inciter à plus d'ouverture d'esprit. Rien n'était moins certain.
 
Finalement, nous allâmes nous installer à l'entrée du passage qui menait au kaër. L'endroit offrait un abri et nous permettait de prévenir toute intrusion nocturne des elfes dans le complexe souterrain pour faire main basse sur une partie des trésors pendant notre repos.
Les trolls du groupe continuaient de grommeler au sujet de la présence de thérans et souhaiter leur rentrer dans le lard sans autre forme de procès. Thregaz parvint à les calmer, mais de manière très provisoire et sans les convaincre. 
Les Chasseurs de sang avaient déjà prouvé leur valeur au combat et les trolls semblaient tenir les elfes pour quantité négligeable.  Toutefois, je m'avisai que sans Jeb nous aurions sans doute le dessous en cas d'attaque.
 
À ce moment, une douce voix résonna dans mon esprit "Ne t'inquiètes pas, Valérian. Même si ton ami magicien n'est pas encore de retour, je suis avec toi pour t'aider". Le ton était rassurant et sensuel.
Bon sang ! Le spectre de Miraëlan avait trouvé refuge dans mon esprit ! J'étais partagé entre la joie de savoir qu'elle n'avait pas rejoint le néant et la consternation d'avoir une passagère clandestine dans ma tête. J'avais bien besoin de ça ! Comme si ma tête n'était pas suffisamment une baraque de foire sans cela.
Je me posais beaucoup de questions au sujet de la princesse elfe, et notamment de son éventuelle capacité à lire mes pensées, lorsqu'Eliora et l'un de ses sbires vint nous rejoindre. Les trolls s'agitèrent.
 
-"Bonsoir ! entama l'elfe, tout sourire. Nous avons fait un feu de camp près du navire et un bon repas chaud se prépare. Je vous invite avec vos amis. Voulez-vous vous joindre à nous ?"
Sa question s'adressait directement à moi, de même que son clin d'œil coquin. Bigre, la belle attaquait fort !
Cependant, compte tenu de mon état physique et de l'état d'esprit des trolls, il n'était pas sage d'accepter l'invitation, même s'il n'y avait sans doute pas d'entourloupe de leur part.
Je dus me faire violence pour refuser son offre et j'y mis les formes, même si elles n'égalaient pas les siennes. J'usais de l'excuse, qui n'en était pas une au demeurant, que nous avions tous besoin de repos et de récupérer de nos blessures et que je me ferai une joie de la revoir le lendemain.
Elle n'insista pas, nous souhaita le bonsoir et ils repartirent.
 
En l'absence de Jeb et de So'tek, je fis de mon mieux pour soulager les bobos de chacun avec mes modestes connaissances en médecine. Ceci n'amoindrit guère le ressentiment des trolls à mon égard car ils désapprouvaient mon attitude conciliante avec les elfes.  
Il va de soi que ma nuit ne fut guère réparatrice. Mes blessures me lançaient, bien sûr, mais j'avais surtout Eliora et Miraëlan à l'esprit. Et ce n'était pas qu'une figure de style pour l'une d'entre elle. Eliora m'attirait, elle le savait et elle en jouait. Comment réagira Miraëlan si cette relation se développait ? C'était assez perturbant de songer que quelqu'un voyait tout ce que vous voyiez et savait ce que vous pensiez. Après tout, il semblait difficile de prévoir ce qui allait se produire demain. Si l'humeur des trolls de notre navire était au diapason des deux de notre groupe, la suite allait être agitée.
Avec un soupir, je me dis que je finirais coupé en deux par une saloperie au fond d'une caverne ou fou avec mes cauchemars et mes problèmes relationnels.
Je finis par m'endormir sur le matin. Le réveil vint bien trop tôt, une fois de plus.
 
Le Souffle de Thystonius était arrivé avec le matin et il semblait déjà y régner une certaine agitation. Un maigre déjeuner à la main, je montai à bord afin d'écouter les échanges. L'équipage était désireux d'aborder le navire des thérans. Oh-oh ! ça ne sentait pas bon du tout cette affaire !
Gousse-d'aïl et Fend-la-bise, les lieutenants de Thregaz n'étaient pas les moins motivés. De son côté, mon ami troll semblait hésitant. Il n'avait pas plus que cela envie de s'en prendre à un vaisseau throalique mais, faute d'un réel ascendant sur eux, il risquait de se faire déborder par son équipage et la mutinerie n'était pas loin. Sentant d'où soufflait le vent, je rappelais à tous que le navire n'était pas théran mais les trolls s'en moquaient. Ils voulaient de la baston et de l'abordage, pas des arguments à deux pièces de cuivre, c'était clair.
 
J'informais Thregaz que je ne participerais pas à cette connerie. Deux elfes arrivèrent à proximité de notre navire et Thregaz les informa que son équipage allait prendre le contrôle de leur navire. Eliora refusa catégoriquement et les elfes retournèrent à leur bord. Bientôt, l'équipage du navire marchand se prépara au combat et celui du Souffle l'imita dans la minute. Tout cela allait mal finir et je ne voulais pas en être. Je débarquai du navire de manière ostensible pour bien montrer mon désaccord et je rejoignis le campement improvisé à l'entrée de la caverne.
Eliora quitta son propre navire et me rejoignit bientôt afin de savoir ce qu'il se passait.
"- Notre équipage était composé essentiellement de trolls bourrins. Désolé pour le pléonasme ! Ils sont bien décidés à aborder l'Éclair. "
Elle tourna vers moi son ravissant visage avec une expression étonnée.
"- Et vous ne pouvez pas les en empêcher ?
- Moi ? Et comment ? Même leur capitaine n'arrive pas à les tenir ! Pour ma part, je serai déjà content s'ils m'acceptent encore à bord.
- Vous ? Mais pourquoi ?
- Parce que je vous parle et que vous êtes des thérans.
- Et si nous débarquons ?
- Je ne suis pas certain que ça change grand-chose. Ils ont décidés un abordage et je ne pense pas qu'ils y renoncent, même si c'est un navire de Throal.
- Je vois…"
Eliora fit un signe aux autres elfes et ceux-ci débarquèrent en hâte de l'Éclair et nous rejoignirent.
Bien évidemment, cela ne modifia en rien les préparatifs à bord du Souffle.
 
Nous aperçûmes alors Thregaz et ses lieutenants avancer vers le navire marchand et parler au capitaine. L'échange fut bref et se conclua par une salve de flèches en direction des trolls. À peine blessés, ceux-ci regagnèrent rapidement le Souffle. Les deux navires décollèrent presque simultanément.
L'Éclair tentait de fuir mais le Souffle se mit à sa poursuite en le surplombant et le rattrapa en quelques minutes. L'abordage débuta sous nos yeux et la distance ne nous empêcha pas de constater la brutalité des combats. Un membre de l'équipage de l'Éclair fut éjecté par-dessus bord. Plus loin, le capitaine fut coupé en deux par un troll que je pensai être Thregaz. Le combat fut âpre mais les survivants du navire marchand payaient cher leur résistance et ils finirent par se rendre. Les deux navires revinrent dans notre direction.
 
Eliora se tourna vers moi.
"- Dans notre intérêt, je crois qu'il est plus sage que nous ne soyons plus là au retour de vos amis.
- Je le pense aussi.
- Dommage pour la visite du kaër…
- Oui, dommage. Croyez bien que je déplore l'attitude de mes collègues et que rien ne m'aurais fait plus plaisir que cette expédition commune.
- Peut-être nous reverrons-nous. Qui sait ? Au revoir, Valérian".
Elle déposa un tendre baiser sur ma joue, non sans effleurer le coin de mes lèvres, histoire de me laisser encore plus de regrets puis s'en fut avec son groupe.
"Au revoir, jolie Eliora" songeais-je en la regardant partir.
Encore une opportunité de rencontre intéressante qui s'enfuyait. Les combats et les blessures, eux, étaient toujours au rendez-vous.
Non sans amertume, j'assistai au retour et à l'atterrissage des deux navires.
 
Alors que Thregaz et Jeb arrivaient à ma hauteur, je décidai de ne rien dire et de montrer mon mécontentement en boudant. Je savais que c'était futile et que les autres s'en moqueraient mais je n'avais pas grand-chose de mieux dans mon arsenal sachant que j'avais plus besoin d'eux que l'inverse.
Thregaz m'informa que l'épisode abordage était terminé et que l'on pouvait reprendre la mission normalement. Je lui fis remarquer que nous étions tous blessés et que quelques jours de repos ne nous feraient pas de mal. Par ailleurs, les trésors ne s'envoleraient pas.
 
Miraëlan apparu alors à mes côtés, sous sa forme spectrale. Tout le monde pouvait la voir mais elle ne s'adressa qu'à moi, de sa voix claire.
-"Je me permets d'attirer ton attention sur le fait que l'Horreur Agoastya est en liberté dans le kaër et que chaque jour qui passe la renforce. Et si elle atteint mon tombeau, elle pourra me capturer à nouveau, ajouta-t-elle avec un doux sourire.
Voilà qui était adroitement amené.
- Très bien, nous nous accorderons une journée de repos puis partirons nous occuper de problème dès demain."
Soupir.
 
Je pris soudainement conscience de l'énormité de la tâche qui nous attendait. Nous allions affronter une nouvelle Horreur ! La dernière fois, nous étions cinq et notre adversaire était très affaibli. Là, nous n'étions que trois et l'Horreur était intacte et sans doute un peu énervée en sortant de sa prison séculaire. Nous courrions au massacre !
"Ne t'inquiètes pas… je te protégerai… mon amour". La voix de la sorcière elfe résonna dans mon esprit, rassurante, voire charmeuse.
Miraëlan était avec nous, certes. Mais dans quelle mesure pouvait-elle agir ? Quoi qu'il en soit, je ne doutais pas de sa motivation : si je mourrai, l'Horreur la reprendrait sous sa coupe.
 
Marches ou crèves. Une fois de plus.
Gros soupir…


Le lendemain arriva bien vite et me trouva en meilleure forme physique. Toutefois, j'étais toujours d'une humeur massacrante en me disant que cette journée risquait fort d'être la dernière de ma courte, mais mouvementée, existence.
La veille au soir, j'avais fait remarquer à Thregaz que ses abrutis de trolls avaient contraint les elfes à la fuite et nous avaient privés de nos alliés dans le combat contre l'Horreur. Charge à eux de les remplacer. Les trolls Turuz et Gomkat, ainsi que le sylphelin Filebise allaient donc nous assister dans cette expédition qui n'en restait pas moins suicidaire.
Sentant mon humeur, Miraëlan tenta de me rassurer mentalement par son soutien magique et son affection. En vain.
Comme la portion qui menait au temple inaccessible à cause du couloir effondré, les trolls prirent de quoi dégager et étayer le passage et nous nous mîmes en route. Je pris la tête du groupe avec l'enthousiasme d'un condamné marchant vers le billot du bourreau.
 
En chemin, Miraëlan me conseilla de me rendre à son tombeau, pendant que les trolls travailleraient à côté à dégager l'effondrement du couloir. Récupérer certains objets qui lui avaient appartenus permettrait de renforcer le lien entre nous et d'être plus efficace contre Agoastya.
Pourquoi pas… Tout ce qui pouvait améliorer nos chances dans cette entreprise désespérée était bon à prendre.
 
En chemin, nous perçûmes des bruits mécaniques ici et là dans le complexe souterrain. Selon Miraëlan, l'Horreur étendait son influence corruptrice et remettait progressivement en fonction les mécanismes et les automates du kaer. Nous dûmes éviter un automate guerrier peu avant de pouvoir accéder à l'échelle qui menait au niveau du tombeau de la princesse défunte.
Une fois arrivés sur les lieux, alors que les trolls s'attelaient à la tâche, je me rendis au tombeau où j'y retrouvais le spectre de Mirëalan. Elle m'ouvrit les bras et je l'enlaçai pour une nouvelle danse, nettement plus apaisée et moins glaciale que la précédente.
Elle m'expliqua alors qu'elle restait liée à son tombeau et que je devais l'ouvrir pour y récupérer certains objets. Son esprit serait alors lié à ces objets et elle pourrait m'accompagner.
 
Peu après, je fis glisser la plaque supérieure de son tombeau. Je trouvai à l'intérieur des ossements et de superbes bracelets et divers bijoux et parures. La voix de Miraëlan m'invita à passer les bracelets de sa voix la plus charmante.
Les objets en main, j'hésitai pourtant. La princesse était aussi une puissante sorcière thérane et j'envisageai qu'elle n'aurait peut-être guère de scrupules à me manipuler, voire m'asservir, à l'aide de ces artefacts. Ses messages rassurants et enamourés cachaient peut-être un tout autre dessein. La vie d'un simple aventurier humain ne devait pas peser lourd pour une princesse thérane.
Comme en écho à mes doutes, une nouvelle voix s'éleva dans mon esprit : "Ne mets surtout pas ces bracelets ou tu vas passez sous son contrôle !" Celle-ci ressemblait à Eliora et à Valeriane par ses accents.
Pour le coup, mon hésitation atteignit son paroxysme et mes pensées volèrent en tous sens.
 
Sous le regard perplexe du sylphelin qui était venu voir ce que je faisais je restais parfaitement immobile pendant plusieurs minutes, sourd aux interrogations de Miraëlan. Je cogitai et envisageai plusieurs possibilités.
Finalement, je passai les bracelets et entrepris de tisser les premiers filaments pour le lier à leur trame.
La seconde voix le déplora et me mit une nouvelle fois en garde contre Miraëlan. Derrière la voix d'Eliora et de Valériane, j'y décelai des accents plus froids et énervés. C'est bien ce que j'avais soupçonné : l'Horreur étendait son influence et cherchait à me tromper et à nous diviser.
De toute manière, quel que soit le sort que me réservait Miraëlan à la suite de cette aventure, je n'avais plus le choix et je devais m'en remettre à elle ; elle était notre seule réelle chance contre Agoastya. Et je n'avais pas risqué ma vie en la libérant de sa malédiction pour l'abandonner ainsi.
Une fois le passage dégagé par les trolls, je réunis tout le groupe à la demande de la princesse elfe. Celle-ci apparut sous sa forme spectrale et expliqua à la petite assemblée que l'Horreur était composée d'un cristal très résistant. Il allait falloir traverser la zone afin de parvenir à son cœur situé au centre du temple. Dès que nous serons en contact avec le cristal, l'Horreur pourra utiliser sa magie sur nous. Miraëlan nous rassura en affirmant qu'elle pourrait mettre en place une protection mentale capable de nous protéger des maléfices d'Agoastya. Toutefois, tant qu'elle maintiendra cette protection, elle ne pourra rien faire d'autre. Et dès lors qu'elle usera de sa magie contre l'Horreur, la protection ne durera que quelques minutes avant de disparaître.
La sorcière thérane me prévint aussi que, n'ayant plus de corps, elle devrait prélever l'énergie nécessaire à l'incantation de ses sortilèges sur mon métabolisme. Encore une bonne nouvelle…
 
Fort de ces informations, nous quittâmes la salle du tombeau et prîmes la direction du temple. Au premier coude, nous rencontrâmes les premières traces de cristal au niveau du sol. La substance recouvrit progressivement tout le sol au fil de notre progression. Pour le moment, à part quelques picotements, nous ne ressentions rien.
Plus loin, nous fûmes stoppés par le gouffre. Sans Jeb et son filet magique, l'obstacle était plus sérieux… sauf pour File-bise bien sûr. J'envoyai le sylphelin en avant pour s'assurer que rien ne nous attendait de l'autre côté puis les trolls sautèrent sans difficulté.
Pour ma part, ce fut moins glorieux. Heureusement que Thregaz avait tenu à m'attacher sinon je finissais au fond du trou. Je perdis tout de même une partie des affaires de Miraëlan lors de cet incident.
 
Quelques minutes plus tard, nous arrivâmes dans la grande salle du temple. J'examinai attentivement le plafond cette fois. Les embuscades de rejeton, ça commençait à bien faire !
Hormis une lueur malsaine qui palpitait par l'entrée du bâtiment, rien ne bougeait. Cela n'était pas rassurant pour autant. Sur nos gardes, nous progressâmes prudemment vers le bâtiment.
Alors que nous étions à une dizaine de mètres de l'entrée, nous eûmes l'impression que le sol explosait sous nos pieds et nous fûmes projetés dans les airs. Par chance, Thregaz retomba près de l'entrée, hors de la zone piégée. Les deux autres trolls et moi-même fûmes repoussés et nous retombâmes durement sur le sol.
N'ayant pas les ailes du sylphelin qui s'amusait beaucoup de nos acrobaties aériennes involontaires, je demandai aux trolls de me lancer vers l'entrée, afin d'éviter la zone dangereuse. Le lancer fut correct et mon atterrissage approximatif mais je passai l'obstacle. Thregaz demanda aux deux trolls d'attendre là mais ils tinrent à faire encore un essai. Leur seconde tentative fut catastrophique et Turuz se blessa gravement. Ils n'insistèrent pas plus.
Thregaz, File-bise et moi-même pénétrâmes dans le temple où nous attendait l'Horreur Agoastya.
 
À part un large couloir de cristal à suivre, il n'y avait rien. Une fois que nous fûmes à mi-chemin du couloir, une haie de ronces en cristal se déploya devant nous. Thregaz tailla rageusement dedans. Sa force fut efficace pour faucher l'obstacle mais il récolta de nombreuses coupures dans l'opération.
Nous pénétrâmes bientôt dans la salle centrale du temple ; elle était circulaire et un énorme pilier composait son centre. Un cœur rougeoyant était figé dans le cristal au milieu du pilier. Le sol se révéla particulièrement glissant et je chutai lourdement lorsque je voulus me diriger vers la colonne de cristal. À ce moment, l'Horreur parvint à dissiper la protection de Miraëlan et elle nous attaqua immédiatement. Des aiguilles de cristal poussèrent sur nos os et traversèrent nos chairs.
 
Malgré la douleur, Thregaz atteignit la colonne et commença à donner des coups rageurs dedans. De son côté, libre de ses mouvements et hors de portée des sorts de l'Horreur, File-bise décochait des flèches sur le pilier mais ses traits rebondissaient sans parvenir à entamer le cristal.
Ivre de douleur, je demandai à Miraëlan de relancer un sort de protection puis tout ce qu'elle pouvait comme sort offensif pour détruire ce fichu pilier, quoi qu'il m'en coûte. Les assauts d'Agoastya cessèrent bientôt et je pus charger mon arbalète pour essayer d'aider Thregaz de loin. Face à la futilité de mes essais, je cessai bientôt et me contentai de regarder les sortilèges tissés par la princesse elfe prendre forme et assaillir le pilier de cristal. Je sentais aussi mon énergie décliner progressivement. Une fois de plus, Miraëlan drainait mes forces et je ne pouvais pas rien faire d'autre qu'espérer qu'elle parvienne à abattre Agoastya avant que je ne meure.
Je crois que ne m'étais jamais sentis aussi impuissant et inutile dans un combat qu'aujourd'hui. Réduit au simple rôle de sac à énergie vitale, ce n'est pas exactement ainsi que j'avais envisagé ma carrière de héros…
 
L'accumulation des puissants sorts de Miraëlan finit par avoir raison de l'extraordinaire résistance de l'Horreur et le pilier vola en éclat. De mon côté, j'étais au bord de l'évanouissement et j'eus besoin du secours de Thregaz, qui n'était guère en meilleure forme que moi, pour me remettre debout.
Un grondement sourd et un léger tremblement du sol nous informa que le temple n'avait pas apprécié la destruction de son pilier central. Nous quittâmes les lieux avec toute la hâte dont nous étions capables, donc en nous trainant alors que des morceaux de plafond tombaient autour de nous.
File-bise quitta le temple derrière nous, un étrange objet dans les bras.
 
Nous retrouvâmes les trolls à l'extérieur et nous nous aperçûmes que le risque d'effondrement n'était pas limité au seul temple. C'est tout le kaer qui menaçait de nous ensevelir. Miraëlan tissa un nouveau sortilège, au risque de provoquer mon évanouissement, qui nous permit de nous déplacer en volant. Le gouffre fut aisément franchi et nous quittâmes le complexe souterrain par le cratère par lequel nous étions entrés le premier jour.
 
Une fois à bord du Souffle de Tystonius, n'aspirant qu'à un repos mérité après quelques soins, nous avisâmes l'objet ramené par le sylphelin. Dans une très belle boite en cristal ouvragée reposait une rose coupée, aux pétales d'un rouge si obscur qu'ils semblaient au premier abord tout à fait noirs. La tige était d’un vert sombre et profond, les feuilles du même ton obscur, les épines d'un pourpre sanguin, et la lumière semblait complètement aspirée par les pétales de jais.
C'était une fleur magnifique qui dégageait une impression de grande beauté et de tristesse infinie, un peu comme la princesse Miraelan : à la fois la beauté exaltante d'une jeune pousse en pleine gloire, et en même temps, le fantôme d'un passé révolu, un cadavre desséché.
 
Oh non ! File-bise nous avait ramené le cœur de l'Horreur ! affraid
Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 42 - L'Horreur de cristal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» horreur
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earthdawn :: JOURNAL DE BORD :: Récits d'aventure :: Chroniques de l'éclaireur : saison 4-
Sauter vers: