AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 18 - Le lac de Rhem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian
Éclaireur humain et questeur d'Astendar


Messages : 541

MessageSujet: Chapitre 18 - Le lac de Rhem   Mar 8 Nov - 22:15

Chapitre XVIII – Le lac de Rhem


Le lendemain, nous revîmes tous vers le lac. Cette fois, pas besoin de guide car j’avais mémorisé le chemin. Le groupe a décidé une approche furtive de nuit contre mon avis. Gothzul n’était pas gêné, mais les autres orks non plus. Finalement, il n’y a que les t’skrangs et moi qui étions pénalisés dans cette affaire et comme je suis censé être l’éclaireur, je trouvai la décision assez moyenne. Mais bon, je ferai avec.
J’emmenai le groupe jusqu’à des buissons où j’avais préalablement repéré la présence d’une barque et nous opérâmes une approche discrète du bâtiment le plus proche. J’espérais surtout qu’il n’y aura pas un espagra pour nous moucharder.

Nous abordâmes silencieusement le ponton du premier bâtiment. Notre arrivée ne semblait pas avoir été perçue, ce qui n’était guère étonnant vu l’ambiance qui régnait au premier niveau qui émergeait de l’eau. Un groupe d’orks était très occupé à je ne sais quoi mais c’était bruyant et fort heureux pour nous.
Il semblait y avoir deux étages supplémentaires, y compris le dernier qui ressemblait à un espèce de clocher ouvert. Grâce à un treillage magique discrètement tissé par Jeb, Treghaz et moi escaladâmes le beffroi. La sentinelle était à moitié endormie et nous la neutralisâmes avant qu’elle ne donne l’alarme grâce à la cloche qui était encore à sa place.
Une fois le garde éliminé, je redescendis pour synchroniser le second groupe chargé d’attaquer les orks du premier niveau pendant que Thregaz et moi les prendrions à revers depuis le clocher. A peine remonté, je constatai que le troll était en plein combat contre un t’skrang particulièrement vif. Profitant de mon arrivée discrète, je lui portai un méchant coup de dos. Loin de s’effondrer, le t’skrang se dégagea d’une volte et, estimant ses chances compromises face à deux adversaires, il fit un saut dans le vide et plongea dans le lac. Suivant sa trajectoire, je vis Jeb plonger à sa poursuite en lançant un « Je m’en occupe ! ». Je rejoignis Thregaz qui était déjà descendu au premier niveau pour aider Gothzul et So’tek contre les orks. Ces derniers avaient été surpris sans arme ni protection et mes compagnons les neutralisèrent si rapidement que le combat avait déjà cessé à mon arrivée. Avec une seule blessure pour Monsieur et quelques égratignures pour notre ork, le groupe s’en était plus que bien sorti.

Jeb revint peu après avec un t’skrang blessé, haineux et fort peu coopératif.
« - Bon, qu’est-ce que tu foutais là avec les orks ? interrogea Gothzul, en prenant son air méchant, ce qui n’est pas difficile pour un ork.
- J’apportais ma contribution au grand projet, cracha le captif.
- Le grand projet ? C’est quoi ce grand projet ? s’étonna So’tek.
- La vallée de l’Olsir n’est qu’une étape ! Nous embraserons le monde dans les flammes pour reconstruire un nouveau monde ! Il faut finir le travail commencé lors du Grand Châtiment !
- Rien que ça… C’est pas une moitié de fanatique celui-là, commentais-je.
- Vous allez tous mourir et vous vous accrochez à vos pitoyables vies ! éructa encore le t’skrang.
- Dites, on va devoir supporter ça encore longtemps ? Parce que, là, il commence à me chauffer avec son discours de merde ! s’impatienta Thregaz.
- Ouais ! Ta gueule ! renchérit Gothzul en bâillonnant le prisonnier. J’vais chercher un des orks qui peut encore causer pour voir s’ils sont moins cons.
Une minute plus tard, un ork blessé et pas très rassuré nous faisait face. Il jouait les bravaches mais son regard hésitant ne jouait pas la même partition.
- Bon, le marché est simple : tu réponds aux questions et on ne te tue pas ! commença Gothzul.
- Heu… j’suppose que j’ai pas l’choix ! Qu’est qu’vous voulez savoir ?
- Qu’est-ce que vous faites là ? interrogea Jeb
- On accompagne les deux t’skrangs et on les protège pendant qu’ils font leurs expériences.
- Et le deuxième t’skrang, il est où ?
- Dans l’autre bâtiment, là-bas, répondit-il en désignant de la tête le second bâtiment qui émergeait.
- Et il est tout seul ? s’enquit Gothzul ?
- Non… il doit y avoir cinq ou six orks et quelques saloperies.
- Et c’est quoi les saloperies ?
- Les trucs volants qu’ils élèvent. Y z’ont des œufs de ces saletés…
- Super… on est tombé sur la couveuse des espagras ! lâchais-je
- Je sens qu’on va se faire une omelette géante ! commenta le troll.
- Ouais… préparez les mouillettes ! conclu So’tek.

Une fois les prisonniers attachés. Nous reprîmes la barque, direction le second bâtiment. Alors que nous abordions sur le ponton, je repérai deux espagras qui s’envolaient du bâtiment, sans nous prêter plus d’attention que cela. Tant mieux pour tout le monde. Nous contournâmes le bâtiment principal pour aller vers une construction annexe qui devait abriter la couveuse. En tout cas, l’odeur semblait l’indiquer.
A l’intérieur, un t’skrang peu content de notre arrivée nous accueillit à coup de sortilèges, épaulé par un espagra. Un désir de revanche me submergea et je fonçai droit sur la créature, à la surprise de mes compagnons. La créature était vive, l’odeur de décomposition suffocante et la luminosité réduite. Bref je n’avais pas vraiment bien choisi le moment pour tenter un coup d’éclat et l’espagra se joua de mes attaques. Toutefois, je parviens à l’occuper et à éviter tous ses assauts, le temps que le reste du groupe dispose du nécromancien t’skrang (pas So’tek, l’autre !) et vienne à mon aide. Sous le nombre, la créature fit nettement moins de difficultés pour consentir à mourir. Je ressortis à l’extérieur du bâtiment pour reprendre un peu d’air et constatai que les orks s’enfuyaient dans une barque, ainsi que les deux espagras que j’avais aperçu auparavant. Tant mieux !

A l’intérieur, nous découvrîmes un grimoire et des potions, ainsi que deux œufs d’espagras sur un tas de trucs en décomposition. Du coup, mon envie d’omelettes m’a très vite passée. Je me suis approché pour briser les œufs à coups d’épée, mais j’ai été pris d’une violente migraine alors que je levais mon arme. J’ai reculé en chancelant sous l’assaut mental. Ces foutus œufs étaient protégés. Thregaz essaya à son tour et reçu la même punition. Jeb décida de régler le problème à distance, à l’aide de sorts offensifs. C’est sûr que c’était plus pratique.

Un fois le ménage fait dans l’annexe, nous décidâmes de visiter le bâtiment principal. Compte tenu de la fuite des orks et des espagras corrompus, il est probable qu’il n’y avait plus grand-chose mais cela méritait une vérification tout de même. Après quelques salles sans intérêt (dortoir puant, salle de torture, salle à manger), nous découvrîmes une pièce fermée. Un coup de pied de troll plus tard, nous pénétrâmes dans une pièce qui devait être la chambre du nécromancien t’skrang. Un gros coffre fermé et un cercle d’ossement attirèrent notre attention. Pendant que Gothzul surveillait le couloir, Jeb et So’tek examinèrent le cercle magique, Thregaz et moi nous intéressâmes plutôt au coffre qui excitait notre curiosité. Apprends un examen sommaire, il ne me paru pas piégé mais je ne parvins pas à l’ouvrir pour autant. Monsieur vint à mon aide avec un gros coup de marteau dans la serrure… déclenchant ainsi un piège magique sous la forme d’un nuage noir. Oups ! Je donnai l’alerte aux autres et pris mes jambes à mon cou. Je fus le seul à ne pas être touché par le nuage et c’est heureux. Les deux t’skrangs s’effondrèrent mais furent récupérés par Thregaz qui les sortis tous les deux de la zone d’effet du nuage magique. Une fois sur le ponton, le troll s’évanouit et bascula dans l’eau. Bien qu’en mauvais état également, Gothzul plongea afin de remonter Thregaz. Il dût l’alléger au maximum afin de pouvoir au moins lui maintenir la tête hors de l’eau. Arrivé à la rescousse avec une barque, je secondai de mon mieux Gothzul afin de sortit le troll de l’eau. Une fois tout le monde hors de l’eau et en sécurité, je fis une tournée générale de soins. Même si c’était plus des notions d’herboristerie qu’autre chose, ce ne pouvait pas empirer les choses. Et puis, il fallait que je m’occupe pour rattraper la bourde du coffre. Pas piégé qu’avait dit l’éclaireur…

A ce moment, la voix se manifesta à nouveau dans notre tête « … ramenez… ramenez-moi l’épée en os… tout cela cessera… vous serez récompensés… vite… ». J’échangeai un regard avec les autres pour constater que tout le monde avait reçut le même message, sauf So’tek qui n’était pas marqué.
« - Bon, on fait quoi ? Qui veut lui ramener sa foutue épée ? m’enquis-je
- Non, on ne la lui ramène pas, trancha Thregaz. Les autres opinèrent avec un bel ensemble.
- Pour ma part, je propose de foncer vers Throal. Nous donnerons l’alerte pour essayer d’envoyer des renforts à Brindol et nous pourrons ensuite chercher quelqu’un pour nous débarrasser de cette fichue voix.
- Heu… Valerian, il faut quand même que je te dise un truc : à ma connaissance, personne ne peut ôter la marque que vous avez. C’est pas faisable. Il faut soit que l’Horreur l’enlève elle-même, soit la tuer.
- Hein ?! T’es sûr de ça !
- Autant que possible, oui, confirma à regret le nécromancien.
- Super… t’as d’autres bonnes nouvelles du genre ? grognais-je.
- Donc, faut lui péter la gueule ! résuma Gothzul.
- Ouais, finalement on va la lui ramener son épée, mais pour la lui faire bouffer ! renchérit le troll.
- Yahou… la chasse à l’horreur est ouverte, commentais-je avec un enthousiasme très modéré.
- Pour l’instant, vu l’état du groupe, je pense que nous allons nous traîner au village sylphelin pour y reprendre des forces, tempéra Jeb avec son pragmatisme habituel.
- Donc, retour au village sylphelin !

Mais ce ne fût pas aussi facile que cela. Ce marais devait vraiment fausser mes talents d’éclaireur car je parvins à mener le groupe droit au nid des deux espagras survivants du lac. Si ça, c’est pas de la poisse…
Le combat fût très difficile du fait de l’état général du groupe. Pour ma part, j’étais presque en bonne santé, mais ma faculté à influencer le combat fût des plus limitée. Mon plus grand succès a été, encore une fois, d’éviter les coups. Ce qui ne fût pas le cas de Gothzul et So’tek qui écopèrent de deux vilaines blessures qui s’infectèrent malgré mes soins et sombrèrent bientôt dans une inconscience inquiétante. Grâce à la force de Monsieur, nous parvîmes à les ramener au camp des sylphelins qui furent ravis de notre retour et des bonnes nouvelles que nous ramenions. Leurs guérisseurs s’attelèrent rapidement à la tâche sur nos blessés.
Deux jours plus tard, nous pûmes reprendre la route, après une ultime fête de nos sympathiques hôtes en notre honneur. Au milieu de la pestilence et de la dangerosité de cette région, ce village sylphelin restera une parenthèse amicale.
Après deux journées de marche soutenue mais prudente, et après avoir fait un détour pour éviter le retranchement ork au gué du sud, nous parvîmes au village de Sombre-Gué. Celui-ci était désert et avait visiblement déjà été visité par les éclaireurs orks. En espérant ne pas arriver trop tard, nous reprîmes notre marche vers le nord. Allions-nous trouver Brindol encore ouverte ?

Revenir en haut Aller en bas
So'tek
Nécromancien et Porteur de lumière t'skrang


Messages : 251
Age : 23
Localisation : Epinal

MessageSujet: Re: Chapitre 18 - Le lac de Rhem   Mar 22 Nov - 13:47

C'est a ce moment la que j'ai decouvert que So'tek, bien que necromancien, était un trompe la mort . . . tenace le T'skrang.pirat

Citation :
- Ouais… préparez les mouillettes !

par contre, et c'est juste personel, mais je crois pas que ce soit de moi cette phrase, je dirai plutot Gothzul. Simple details, je peux me tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Valérian
Éclaireur humain et questeur d'Astendar


Messages : 541

MessageSujet: Re: Chapitre 18 - Le lac de Rhem   Mar 22 Nov - 22:50

Pour les dialogues, d'une manière générale, c'est de l'invention à plus de 50%.
La plupart des répliques n'ont pas réellement eut lieu et j'écris le dialogue comme il me vient, en essayant de rester dans l'esprit du groupe et du scénario.
Ensuite, j'essaie de coller un nom sur chacune des répliques de manière à individualiser vos personnages et à faire transparaître leur caractère.
C'est comme le coup de transformer l'eau des nuages en bière dans l'épisode 22. C'est complétement inventé et ça m'est venu comme ça. J'ai trouvé que ça collait bien.

Vu le peu de remarques jusqu'à présent, je pense que cela doit marcher assez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Gothzul
Guerrier ork épris de liberté


Messages : 217

MessageSujet: Re: Chapitre 18 - Le lac de Rhem   Mar 22 Nov - 22:54

Du coup me disais aussi que en roleplay j'étais pas aussi limité dans mes dialogues...^^
Revenir en haut Aller en bas
Valérian
Éclaireur humain et questeur d'Astendar


Messages : 541

MessageSujet: Re: Chapitre 18 - Le lac de Rhem   Mer 23 Nov - 17:42

Non, c'est sûr que c'est un peu caricatural mais c'est fait pour distinguer les personnages les uns des autres. Et Valerian fait lui-même, de temps à autre, des commentaires qui permettent d'avoir d'autres facettes de ses compagnons d'aventure.

L'évolution de sa perception de Gothzul est assez parlante à cet égard. Des remarques désobligeantes au départ, puis une réelle acceptation avant d'arriver à de la reconnaissance, voire de l'admiration.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 18 - Le lac de Rhem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earthdawn :: JOURNAL DE BORD :: Récits d'aventure :: Chroniques de l'éclaireur : saison 2-
Sauter vers: